La lettre Serviam, 2009

Lettre d’informations sur les relations entre l’église Conciliaire et le judaïsme.

 

Déclaration préliminaire : L’église dite conciliaire, dirigée successivement par les ”papes” conciliaires Roncalli-Jean XXIII, Montini-Paul VI, Luciani-Jean-Paul I, Wojtyla-Jean-Paul II et Ratzinger-Benoît XVI, n’est pas catholique. Cette église éclipse la véritable Eglise fondée par Notre-Seigneur Jésus-Christ comme nous l’avait annoncé Notre Dame de La Salette : ”L’Eglise sera éclipsée, le monde sera dans la consternation”. Les ”papes” conciliaires sont des usurpateurs. Leur fausse doctrine mène le monde à la perdition. Leur religion est une nouvelle religion humaniste, moderniste, libérale, hérétique, ...

 

La Lettre Serviam N° 23 - 29 Novembre 2009

La repentance de Drancy : 1997-2009


La repentance de Drancy : 1997-2009

  Le mardi 30 septembre 1997, à Drancy, eut lieu ce qui est aujourd’hui communément appelée ”la déclaration de repentance des Évêques de France”. En effet, à travers le texte lu par Mgr Olivier de Berranger, alors en charge du diocèse de Seine-Saint-Denis, dans lequel est située la ville de Drancy, les évêques de France, évoquant la Shoah, faisaient repentance, reconnaissant officiellement et publiquement que "devant l'ampleur du drame et le caractère inouï du crime, trop de pasteurs de l'Église ont, par leur silence, offensé l'Église elle-même et sa mission. Aujourd'hui, nous confessons que ce silence fut une faute. (…) Nous confessons cette faute. Nous implorons le pardon de Dieu et demandons au peuple juif d'entendre cette parole de repentance".

Mgr de Berranger, lisant la déclaration de repentance, à Drancy, en 1997

Mgr de Berranger, lisant la déclaration de repentance, à Drancy, en 1997.

  Si le nom de Mgr de Berranger est souvent attachée à cette déclaration de repentance, par le simple fait qu’il en fut le lecteur, les acteurs principaux de cet acte misérable furent le Cardinal Lustiger et le Père Jean Dujardin. Dans un hommage rendu au Cardinal Lustiger, suite au décès de ce dernier, le Père Jean Dujardin a retracé la genèse de cette repentance, mettant en lumière l’action du Cardinal.

  Douze années plus tard, le CRIF a voulu commémorer cette repentance en honorant Mgr de Berranger. Voici ce que rapporte l’agence de presse, Zenit...

  1. Lire la Lettre Serviam en entier   Télécharger
  2. Télécharger la Lettre Serviam N° 23   Télécharger

 

La Lettre Serviam N° 22 - 26 Novembre 2009

Les douze points de Berlin


Les douze points de Berlin

Toute personne s’intéressant un peu aux rapports entre les juifs et les chrétiens a entendu parlé des dix points de Seelisberg publiés en 1947. Lors de sa visite au Vatican, en 1949, Jules Isaac remit au Pape Pie XII les fameux dix points.

Participants à la conférence de Seelisberg en 1947

Participants à la conférence de Seelisberg en 1947.

En 2007, l’ICCJ (International Council of Christians and Jews – organisation regroupant les sections nationales des Amitiés Judéo-Chrétiennes) fêta le soixantième anniversaire de la conférence de Seelisberg, lors de sa conférence internationale annuelle organisée à Sydney du 8 au 12 juillet.

Nous donnons en annexe les 10 points de Seelisberg. Entre Seelisberg et Berlin, d’autres points ou thèses sont parues sur le même thème à savoir passer de l’enseignement du mépris à celui de l’enseignement de l’estime pour reprendre les mots de Jules Isaac. Ainsi en 1950, parurent les ”thèses de Bad Schwalbach qui furent suivies de peu par les ”thèses d’Aix-en-Provence”L’abbé Paul Démann, présent à la conférence de Seelisberg, juif converti, prêtre de Notre Dame de Sion et fondateur des Cahiers Sioniens, nous retrace la genèse des ”thèses de Bad Schwalbach” dans un article intitulé ”Une nouvelle version des Thèses de Seelisberg” .

  1. Lire la Lettre Serviam en entier   Télécharger
  2. Télécharger la Lettre Serviam N° 22   Télécharger

 

La Lettre Serviam N° 21 - 27 Octobre 2009

La revue Sens, Judas des temps modernes


SENS, Juifs et Chrétiens dans le monde d'aujourd'hui

Sens est une revue mensuelle publiée par l’Amitié Judéo-Chrétienne de France.

Fondée au cours de l’année 1948, l’Amitié Judéo-Chrétienne (A.J.-C.) s’est dotée d’un organe éponyme dont le premier numéro a été publié en septembre 1948. Émanation, dans un premier temps, de la section parisienne dont elle reflète les orientations, la revue s’ouvre aux sections locales, principalement Lille et Aix-en-Provence, après la crise de l’association en 1955. De périodicité irrégulière jusqu’en 1963, la revue devint trimestrielle au moment du Concile Vatican II et continua sous le nom de l’Amitié Judéo-Chrétienne de France (A.J.-C.F.) jusqu’en 1974, avant de devenir mensuelle sous sa nouvelle appellation, Sens, depuis 1975.

Les fondateurs de l’A.J.-C.F. furent Jules Isaac (1877-1963) et Edmond Flegenheimer, dit Edmond Fleg (1874-1963). Jules Isaac, généralement plus connu par les manuels scolaires Malet et Isaac, joua un rôle clé dans l’élaboration de la déclaration conciliaire Nostra Ætate : son livre majeur ”Jésus et Israël” (1946), sa participation à la conférence de Seelisberg (1947) ainsi que ses visites à Pie XII (1949) et à Roncalli-Jean XXIII (1959) en sont les épisodes les plus connus. Moins connu est le fait que Jules Isaac fut lui-même membre de la loge B’naï B’rith.

La revue Sens est dirigée par Yves Chevalier (également membre du comité directeur). Le Père Jean Dujardin fait également partie du comité de rédaction de la revue. Le dernier numéro de la revue Sens (9/10 – 2009) a pour titre Un homme nommé Judas. Sur son site Internet, l’AJCF précise que ”le cœur de ce numéro [est] constitué des actes du colloque organisé par l’AJCF et le B'naï B'rith le 30 novembre 2008.”

  1. Lire la Lettre Serviam en entier   Télécharger
  2. Télécharger la Lettre Serviam N° 21   Télécharger

 

La Lettre Serviam N° 20 - 3 Octobre 2009

La communauté Sant’Egidio et l’esprit d’Assise


L’Islam, Châtiment de DIEU

Historique :

  La Communauté Sant’Egidio a été fondée en 1968, à Rome. Elle tient son nom de l’église de Sant’Egidio, dans le quartier du Trastevere, où le centre de la Communauté se trouve aujourd’hui. Sant'Egidio est la traduction en italien de saint Gilles ou saint Gilles l'Ermite du VIIe siècle. La Communauté Sant’Egidio est un mouvement chrétien de laïcs qui compte 40.000 membres dans plus de 60 pays sur tous les continents. Ils se réunissent pour la prière et construisent des amitiés avec les plus pauvres de leur ville. Au niveau international, Sant’Egidio s’engage en faveur du dialogue entre les religions et la résolution pacifique des conflits. La communauté Sant’Egidio est aussi connue pour ses combats contre la peine de mort et du virus du Sida.

Son fondateur est Andrea Riccardi (né en 1950 à Rome).  Depuis 1981, Andrea Riccardi est professeur d'histoire du christianisme et des religions à l'université de Rome III. En plus d'un engagement au service des pauvres, Andrea Riccardi est engagé avec la communauté Sant'Egidio dans le dialogue interreligieux et le travail pour la paix. Tous les ans, depuis 1987, il organise des rencontres interreligieuses à la suite et dans l'esprit de la Rencontre d'Assise de 1986. Il a reçu le Prix Notre-Dame (États-Unis) en 2001 et le prix Niwano de la paix (Japon) en 2004 pour cet engagement en faveur de la paix. (source Wikipedia).

La cérémonie de clôture de la Rencontre religieuse organisée dans l’esprit d’Assise 2009, par la Communauté Sant'Egidio

En 2009, la rencontre religieuse organisée dans l’esprit d’Assise se déroula à Cracovie du 6 au 8 septembre sous le patronage de l’Archevêque de Cracovie, Stanislaw Dziwisz, ancien secrétaire de Wojtyla-Jean-Paul II durant tout le ”pontificat” de ce dernier (1978-2005).  Le titre de la réunion était : ”La Paix est un atelier ouvert à tous”, reprenant une citation de Wojtyla-Jean-Paul II.

  1. Lire la Lettre Serviam en entier   Télécharger
  2. Télécharger la Lettre Serviam N° 20   Télécharger

 

La Lettre Serviam N° 19 - 22 Septembre 2009

L’Islam, Châtiment de DIEU


L’Islam, Châtiment de DIEU

Le ramadan s’est achevé le 19 septembre, les médias l’ayant fortement célébré, contrairement aux fêtes catholiques qui ne sont que peu ou pas évoquées. En effet, les chaînes de radio et de télévision ont totalement passé sous silence les fêtes de la Nativité (8 septembre) et des 7 douleurs (15 septembre) de celle qui est Reine de France.

Ainsi le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux rompait le jeûne du ramadan pour la deuxième fois, invité d'honneur du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), le soir du 14 septembre. Jean Sarkozy, le fils de papa, s’est lancé dans une apologie du ramadan, le 7 septembre à Suresnes, lors de l’Iftar (le repas qui est pris chaque soir par les musulmans au coucher du soleil pendant le jeûne du mois de ramadan), soulignant avoir déjà suivi le ramadan et concluant son discours par un vibrant ”Inch Allah”.

Si les hommes politiques français font depuis longtemps des courbettes à l’Islam, il peut sembler – de prime abord – plus surprenant que le Vatican fasse de même. Cela serait oublier la révolution du Concile Vatican II et l’œcuménisme délirant prêché depuis par les autorités romaines. Ainsi, depuis plus de 30 ans, le Vatican envoie un message aux musulmans du monde entier pour célébrer la fin du ramadan...

  1. Lire la Lettre Serviam en entier   Télécharger
  2. Télécharger la Lettre Serviam N° 19   Télécharger

 

La Lettre Serviam N° 18 - 9 Juin 2009

Le pèlerinage de Benoît XVI en Terre Sainte (8-15 mai 2009)


« L'antijudaïsme chrétien - La mutation »

Du 8 au 15 mai 2009, le pape de la secte conciliaire, Ratzinger-Benoît XVI est allé en ”pèlerinage” en terre sainte. Nous allons citer quelques parties des discours et allocutions tenus par Benoît XVI lors de ce voyage commencé en Jordanie et achevé en Israël. Auparavant, nous ferons un bref rappel de quelques points de la doctrine catholique, en ce qui concerne Dieu (Père, Fils et Saint Esprit – un Dieu unique en trois personnes) et l’œcuménisme.

 

 

 

 

  1. Lire la Lettre Serviam en entier   Télécharger
  2. Télécharger la Lettre Serviam N° 18   Télécharger

 

La Lettre Serviam N° 17 - 22 Mai 2009

Saint Jean XXIII et saint Jules Isaac


« L'antijudaïsme chrétien - La mutation »

Dans le numéro 10 de Serviam, nous avions évoqué le livre de Paul Giniewski, « L'antijudaïsme chrétien - La mutation », paru aux Editions Salvator en 2000.

Nous présentons ici un nouvel extrait de ce livre, première partie de son épilogue. Nous y voyons exprimer le programme d’une nouvelle religion :

-          les saints d’autrefois (saint Jean Chrysostome, saint Louis, …) seraient remplacés par saint Jean XXIII et saint Jules Isaac.
-          Un nouvel enseignement (l’encyclique Pro Judeis) serait distillé.
-          Un cinquième Evangile serait promulgué se substituant à celui de saint Jean.
-          Au peuple chrétien sera substitué le peuple juif injustement accusé et persécuté depuis 2000 ans.
-          Judas procurera le salut.
-          Le Talmud, « ce monument de maturité et de sagesse » , retrouvera enfin toute la place que lui avaient injustement ravie les catéchismes catholiques, …

Ensuite, nous reproduirons quelques extraits du livre « La cause des restes d’Israël introduite au Concile Œcuménique du Vatican sous la bénédiction de S.S. le Pape Pie IX » de l’abbé Joseph Lemann. Ces extraits démontrent le caractère faux et diffamatoire des écrits de Paul Giniewski et condamnent l’attitude de la secte conciliaire et de ses chefs.

  1. Lire la Lettre Serviam en entier   Télécharger
  2. Télécharger la Lettre Serviam N° 17   Télécharger

 

La Lettre Serviam N° 16 - 5 Avril 2009

Qui a tué Jésus-Christ ?


Qui a tué Jésus-Christ ?

En ces temps où les fables les plus invraisemblables sont publiées sur les véritables responsables de la mort de Notre Seigneur Jésus-Christ, il nous a paru important de rendre disponible le livre ”Qui a été Jésus-Christ” du Père Isodoro da Alatri. Ce livre a déjà été présenté dans le numéro 13 de Serviam.

En espérant que ce livre puisse vous faire mieux comprendre les grands mystères de la semaine qui s’annonce, nous en profitons pour vous souhaiter, avec quelques jours d’avance, une joyeuse fête de Pâques.

 

 

  1. Lire la Lettre Serviam en entier   Télécharger
  2. Télécharger la Lettre Serviam N° 16   Télécharger
  3. Télécharger le Livre du Père Isidoro da Alatri   Télécharger
  4. Acheter le Livre du Père Isidoro da Alatri

 

 

 

La Lettre Serviam N° 15 - 22 Mars 2009

RATZINGER ET LA FETE DE PESAH


Ratzinger et le rabbin Scheier dans une synagogue de New-York.

À l’approche du voyage de Ratzinger-Benoît XVI en Orient (Jordanie, Israël, ...) lors duquel il devrait se rendre dans une mosquée et à Yad-Vashem et à l’annonce récente de sa visite de la synagogue de Rome en automne, il est bon de revenir sur un des épisodes de son voyage aux Etats-Unis en avril 2008.

Rappelons tout d’abord que Ratzinger-Benoît XVI y avait visité une synagogue new-yorkaise le 18 avril. La veille, il s’était adressé à la communauté juive au "Pope John Paul II Cultural Center" de Washington.

Nous passons ici outre les habituelles distorsions de la foi catholique au sujet de l’Alliance, de l’olivier franc, du Patriarche Abraham, ... Intéressons-nous seulement à la fête de Pesah, c’est-à-dire à la Pâque Juive.

(...)

Pour Ratzinger, il semble clair qu’il est légitime aujourd’hui de continuer à célébrer la Pesah et que cette célébration est source de bénédictions. Nous sommes ici à l’opposé de l’enseignement de l’Eglise. Pour le montrer, nous citerons seulement la somme théologique de saint Thomas d’Aquin, tout en ayant rappelé au préalable ce que le Pape Léon XIII disait du Docteur Angélique dans son encyclique Æterni Patris du 4 août 1879...

  1. Lire la Lettre Serviam en entier   Télécharger
  2. Télécharger la Lettre Serviam N° 15   Télécharger

 

La Lettre Serviam N° 14 - 28 Février 2009

Pour Richard Prasquier : Monsieur Williamson est un cinglé criminel


Richard Prasquier

Le 26 février 2009, le Vatican publiait une lettre d’excuses envoyée de Londres par Mgr Williamson suite aux propos négationnistes qu’il avait tenus devant les caméras d’une télévision suédoise en novembre 2008.

La dernière phrase de Mgr Williamson est directement inspirée de la ”clarification” effectuée par Ratzinger-Benoît XVI, à la fin de l’audience du mercredi 28 janvier 2009, à propos du tollé suscité par la levée des excommunications des quatre évêques de la FSSPX.

Personne ne semble se satisfaire de cette lettre d’excuses, que cela soit du côté du Vatican ou des organisatations juives.

Le Père Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège observe que la lettre de Mgr Williamson n'est pas adressée au pape et ne respecte pas ce qui lui avait été demandé. « Il ne s'agit pas, a fait observer le P. Lombardi, d'une lettre adressée au Saint-Père, ou à la Commission Ecclesia Dei. La « déclaration » de l'évêque ne semble pas respecter les conditions établies dans la Note de la Secrétairerie d'État du 4 février 2009, où l'on disait qu'il devrait aussi prendre ses distances de façon absolument sans équivoque et publique, par rapport à ses positions concernant la Shoah ».

A notre connaissance, la réaction la plus violente fut celle de Richard Prasquier, le président du Conseil Représentatif des Institutions Juives de France (CRIF). Richard Prasquier avait été recu au Vatican le 11 février 2009 par le Cardinal Kasper.

  1. Lire la Lettre Serviam en entier   Télécharger
  2. Télécharger la Lettre Serviam N° 14   Télécharger

 

La Lettre Serviam N° 13 - 23 Février 2009

L’abbé de Tanouärn et le peuple déicide


Guillaume de Tanouärn

L’abbé Guillaume de Tanouärn, membre du l’Institut du Bon Pasteur, a récemment été l’invité d’une émission de, la Radio de la Communauté Juive de France. Voici la présentation de l’émission sur son blog :
Le thème central de l’émission tournait bien évidemment sur ”l’affaire Williamson” sur laquelle l’abbé de Tanouärn tint des propos navrants. Cependant tel n’est pas le sujet de ce présent numéro de Serviam. En fin d’émission, le journaliste de RCJ ne put résister à aborder le problème du déicide. Ce qui suit est la retranscription de la partie de l’échange entre le journaliste et l’abbé de Tanouärn sur le déicide...

 

  1. Lire la Lettre Serviam en entier   Télécharger
  2. Télécharger la Lettre Serviam N° 13   Télécharger

 

La Lettre Serviam N° 12 - 14 Février 2009

Quelques conséquences de l’affaire Williamson


INTERVIEW- Affaire Williamson © Sipa

Le 21 janvier 2009, une émission d’une télévision suédoise, dans un reportage d’un peu moins une heure consacré à la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X (FSSPX), diffusa des propos ”négationnistes” tenus par Mgr Richard Williamson.

L’Affaire Williamson était née. Le monde entier manifesta son indignation devant les dires de l’évêque britannique. Du Vatican à l’Elysée, de Berlin à Menzingen, la condamnation fut unanime.

Ce fut donc une nouvelle démonstration qu’aucun crime ne peut actuellement surpasser la négation voire même la simple contestation de la totalité ou d’une partie de l’Holocauste (avec un grand H).

La négation de la divinité du Christ, l’avortement, la manipulation d’embryons, ..., tout ceci n’est rien face au nouveau ”super-dogme” des cinquante dernières années. D’ailleurs a-t-on jamais entendu Ratzinger-Benoît XVI s’exprimer avec la même véhémence lorsque des prêtres de la secte conciliaire nient ouvertement des dogmes de la foi catholique ?

Un ”Père” Daniel Duigou, qui a écrit ”il n'y aurait rien d'étonnant à ce que Lazare ait gardé de son adolescence une relation de type homosexuel avec Jésus.” reste tranquillement impuni au sein de la secte concilaire, malgré des propos autrement plus graves que ceux de Mgr Williamson. Le ”Père” Duigou s’attaque à Dieu lorsque Mgr Williamson nie simplement un fait historique...

  1. Lire la Lettre Serviam en entier   Télécharger
  2. Télécharger la Lettre Serviam N° 12   Télécharger

 

La Lettre Serviam N° 11 - 8 Février 2009

BENOIT XVI, SUCCESSEUR DE JUDAS ISCARIOTE


Le baisé de Judas

Il n’y a pas besoin de discourir longuement pour constater le choc frontal entre les enseignements, faits et gestes de Ratzinger-Benoît XVI et l’enseignement traditionnel de l’Eglise. Ratzinger-Benoît XVI répand, à chacun de ses discours auprès des juifs, les fables rabbiniques dénoncées par saint Jean Chrysostome, Maurice Pinay, le chevalier Gougenot des Mousseaux, ... Il renforce l’incrédulité et l’aveuglements des pauvres Juifs déicides, leur fermant plus que jamais l’entrée du Paradis.

Ce n’est donc pas avec plaisir, mais forcé néammoins de constater les faits, de conclure – à la suite de Maurice Pinay – que Ratzinger-Benoît XVI est, par son attitude et ses discours envers les Juifs, un successeur de Judas Iscariote.

Puisse le Bon Dieu écouter nos prières et nous donner enfin un véritable pape, un successeur de saint Pierre.

  1. Lire la Lettre Serviam en entier   Télécharger
  2. Télécharger la Lettre Serviam N° 11   Télécharger

 

La Lettre Serviam N° 10 - 20 Janvier 2009

Le Vidouy, la Techouva et le Tikkun


Wojtyla-Jean-Paul II au Mur des Lamentations

La Conférence Centrale des Rabbins Américains et et l’Assemblée Rabbinique avaient salué avec joie la prière de repentance envers le peuple juif  prononcée par Wojtyla-Jean-Paul II lors de la ”MESSE POUR LA JOURNÉE DU PARDON” le 12 mars 2000 à Rome.

Quelques jours plus tard, poursuivant la techouva qu’il avait initiée, Wojtyla-Jean-Paul II se rendait en Terre Sainte où il glissait la prière qui suit dans un interstice du Mur des Lamentations :

«Dieu de nos pères, Vous avez choisi Abraham et ses descendants pour amener Votre nom aux nations : nous sommes profondément attristés par le comportement de ceux qui, au cours de l'Histoire, ont fait souffrir Vos enfants et demandons Votre pardon»

Dans une brochure de 38 pages intitulée ”Pope John-Paul II, Visit to Jordan, Israel and the Palestinian authority : A Pilgrimage of prayer, hope and reconciliation” et publiée en 2006, l’Anti Deafamation League (ADL) fait le point sur la prière de reconciliation prononcée à Saint Pierre de Rome, le 12 mars 2000, et sur la prière glissée dans un interstice du Mur des Lamentations, le 26 mars 2000. Cette brochure est préfacée par Abraham Foxman directeur de l’ADL et l’étude est signée par le rabbin Léon Klenicki.

  1. Lire la Lettre Serviam en entier   Télécharger
  2. Télécharger la Lettre Serviam N° 10   Télécharger

 

La Lettre Serviam N° 9 - 12 Janvier 2009

La prière de Jean XXIII pour les Juifs : Vrai ou Faux ?


Roncalli-Jean XXIII

  «Nous avons conscience aujourd'hui que des siècles et des siècles d'aveuglement ont fermé nos yeux et que nous ne pouvons plus voir la beauté de Ton peuple élu ni reconnaître sur son visage les traits de nos frères privilégiés. Nous nous rendons compte que le signe de Caïn est gravé sur nos fronts. Tout au long des siècles notre frère Abel gisait dans le sang et les larmes que nous lui faisions verser car nous avions oublié Ton amour. Pardonne-nous d'avoir faussement attaché une malédiction à leur nom de Juifs. Pardonne-nous de t'avoir crucifié une seconde fois dans leur chair. Car nous ne savions pas ce que nous faisions...»

Telle est la prière que Roncalli-Jean XXIII aurait composée peu de temps avant de mourir pour demander pardon à Dieu pour toutes les souffrances que l’Église catholique a fait subir aux juifs. La première version francaise connue a été l’œuvre du journal suisse La liberté le 9 septembre 1966.

  1. Lire la Lettre Serviam en entier   Télécharger
  2. Télécharger la Lettre Serviam N° 9   Télécharger

 

Les Lettres Serviam archivées